école le perray

Désiré MARTIN, 10 ans, et Louis LESAGE, 12 ans, écoliers au Perray[1] - Seine et Oise - en mars 1860, sont exclus de l'école pour immoralité en vertu de l'article 37 du règlement du 29 novembre 1855.

 

Qu'on donc fait ces deux enfants pour être exclus de l'école ? Mystère !... Je n'ai pas encore trouvé d'explication ainsi que l'article 37 de ce règlement.

D'après les documents trouvés en série T aux archives départementales des Yvelines, le préfet, le sous-préfet et l'inspecteur d'Académie se sont échangés différents courriers entre le 31 mars et 3 avril de cette année 1860.

À la date du 7 avril 1860, le sous-préfet transmet un courrier, à lui adressé par le maire du Perray pour le préfet, courrier dans lequel se trouve une pétition présentée par le père de Désiré MARTIN demandant la réintégration de son fils à l'école.

Il est précisé que "Monsieur MARTIN est un ouvrier honnête, laborieux et très considéré à la ferme impériale de Rambouillet." 

Monsieur MARTIN écrit ainsi à Monsieur le Maire : "Mon fils Désiré MARTIN a été renvoyé de l'école du Perray par décision de Monsieur l'Inspecteur du Département sans que j'aie été prévenu et informé de cette mesure et sans qu'on ait pris avant aucune information auprès de vous."

"Tout en reconnaissant la justice de cette décision, je dois pourtant dire Monsieur le Maire, que mon enfant est bien moins coupable qu'il peut le paraître au premier abord et qu'il a agi plutôt par étourderie et sans avoir la connaissance de ce qu'il faisait que par véritable méchanceté et corruption ; en outre il serait cruel de priver à tout jamais un enfant de dix ans de toute instruction et il sera toujours mieux surveillé à l'école qu'en restant quelques fois des journées entières sans surveillance."

"Je vous prie donc, Monsieur le Maire, d'exposer à Monsieur le Préfet que je le supplie instamment de vouloir bien prononcer la réadmission de mon fils à l'école du Perray le plus tôt possible..."

Une lettre signée du représentant de la Bergerie impériale du château de Rambouillet appuie également la demande de Monsieur MARTIN à la réintégration du jeune Désiré dans l'école du Perray. 

Monsieur le Maire transmet l'ensemble des courriers et pétitions au sous-préfet en appuyant également la requête de Monsieur MARTIN, laissant entendre que "...le véritable moteur ne fréquente plus l'école et que les mêmes dangers ne sont plus à redouter . Si mes souvenirs sont fidèles, Monsieur l'Inspecteur des Ecoles sera de mon avis... "

En date du 24 avril 1860, Monsieur le Préfet envoie une lettre à Monsieur le Sous-Préfet lui faisant part de la réponse favorable de Monsieur l'Inspecteur d'Académie concernant la réintégration de Désiré MARTIN dans l'école.

Aucun écrit ne parle de Louis LESAGE. Etait-il le principal responsable ? Ses parents se sont-ils inquiétés de lui ?...

Désiré Eugène MARTIN, né le 9 février 1850, est parti comme apprenti-marin, le 14 septembre 1870, comme l'indique son feuillet matricule.. Il se marie au Perray avec Thérèse Henriette DELAUNAY le 30 décembre 1872. Leur fils François Désiré MARTIN naît le 20 octobre 1873.

Journalier au Perray, Désiré Eugène MARTIN décède le 10 décembre 1874 à l'âge de 24 ans et 10 mois.

Je ne m'avoue pas vaincue ! Je continue de chercher la cause de cette exclusion. Il se peut que je ne trouve pas...

 [1] Aujourd'hui le Perray en Yvelines