Extrait du Bulletin Municipal n°66 de Châlette-sur-Loing

Maurice Joseph FAISY naît le 16 avril 1883 à Châlette-sur-Loing (Loiret). Fils aîné d'Etienne et Marie Euphrasie BROCHARD, il est à l’âge de 20 ans, comme tous les jeunes hommes, recensé pour effectuer son service militaire. Résidant à Paris, chez ses parents et exerçant le métier de comptable, c’est tout naturellement qu’il est recensé dans le département de la Seine. Classe de mobilisation : 1903 - Numéro matricule 1225. Il est incorporé dans le Bataillon des Chasseurs à Pied le 15 novembre 1904. Mis en disponibilité le 12 juillet 1907 et il reçoit un certificat de bonne conduite.

Le premier août 1914 l'ordre de mobilisation générale est donné.

Comme tous les jeunes gens Maurice Joseph FAISY, résidant à Paris, est rappelé le 10 août 1914 au 2ème Bataillon de Chasseurs à Pied à Troyes-Lunéville. Le 1er mai 1915 il est nommé caporal. Il est porté disparu le 30 septembre 1915 à Ripont (Marne).

 Situation du régiment le 30 septembre 1915 - Extraits du Journal de marche et opérations : 2ème Bataillon de Chasseurs à Pied. JMO 26N815/9 – 23 avril 1915 – 4 juillet 1916 –.

 […Le 2ème Bataillon de Chasseurs enlèvera par assaut la partie de l'ouvrage la Défaite situé à l'est du méridien "l'Arbre en Boule" puis s'y organisera solidement.

Le 30 septembre à 3h45 le Bataillon était disposé par vagues successives…]

[…A 4h45, sans, aucun signal, les vagues successives de chasseurs, baïonnette au canon, les armes approvisionnées, les musettes garnies de grenades, s'ébranlent rapidement entrainées par les officiers…]

[…Les vagues d'attaques marchant d'un pas rapide franchirent, avec ensemble, la première ligne de tranchées allemandes…]

[…A ce moment la liaison avec le 80è Régiment d'Infanterie et le 2è Bataillon de Chasseurs fut rompu, car l'autre moitié de la ligne allemande tenant ferme à son poste ouvrit le feu sur le flanc droit du Bataillon.

La 1ère vague sans se laisser arrêter par les pertes très lourdes que lui infligeait ce feu meurtrier de flanc, poursuivait rapidement son mouvement….]

[…Malgré ses pertes terribles le moral du Bataillon n'était pas entamé. Il était resté intact.

Les Chasseurs étaient pleins d'ardeur et c'est cette attitude morale qui, en permettant de tenir vigoureusement tête, dans la soirée et dans la nuit, à une violente contre-attaque sauva la situation, qui fut un moment critique.]

Quand à 3 heures du matin le 146ème Régiment d'Infanterie releva le 2ème Bataillon, les pertes s'élevaient à 14 officiers, 631 hommes de troupe tués, blessés, ou disparus.

Malgré les érections de Monuments aux Morts dans toute la France, Maurice Joseph FAISY n'est sur aucun ! En effet, pas de Monument aux Morts à Paris ! Mais, tout n'est pas fini puisque presque cent ans plus tard, une de ses arrière-petite-fille consulte le site Mémoire des Hommes et trouve sa fiche.  Elle découvre que Maurice Joseph est né à Châlette  - Département du Loiret.

La famille décide de se rendre dans cette commune afin de connaître le lieu de naissance de leur ancêtre. Au cours de cette visite ils sont surpris de ne pas trouver le nom de Maurice Joseph FAISY sur le Monument aux Morts.

L'arrière-petite-fille prend alors contact avec le Maire de Châlette et lui expose l'objet de son appel. Le Conseil Municipal de Châlette comprenant la demande de la famille prend la décision de faire inscrire Maurice Joseph FAISY sur le Monument aux Morts.

Lors de la cérémonie du 88ème anniversaire de l’Armistice de 1918, le 11 novembre 2006 à Châlette-sur-Loing, la famille, invitée, a pu déposer une gerbe au pied du monument.

En souvenir de ce soldat, pour cet arrière-grand-père...