La guerre est finie

C'est un double anniversaire que nous fêtons ce jour-là ! La victoire des Alliés sur l'Allemagne nazie et la fin de la Seconde Guerre Mondiale en Europe. Avant la Victoire il y a l'Occupation qui débute le 22 juin 1940 et qui se termine par la Libération  progressive du territoire entre septembre-octobre 1943 et juin-août 1944.

Cette Libération nous la devons bien-sûr aux Alliés mais aussi à la Résistance. À ces hommes et femmes de l'ombre qui ont œuvré pour être prêts le jour J.

Il y  a les grands  noms de cette Résistance mais aussi les anonymes. Ceux qui, par leurs actions au sein  d'un réseau, ont transmis des messages, saboté des points stratégiques… Mais aussi ces personnes qui ont agi en leur âme et conscience, sans attendre de retour simplement humainement.

Je pense à Jacques, mon beau-père, jeune homme de seize ans, engagé dans les Forces Françaises de l'Intérieur (F.F.I.), à mon oncle Ernest, des Forces Françaises Combattantes (F.F.C.), à mon arrière-grand-mère Amélie qui recueille Suzanne, fillette de 11 ans, dont les parents, suite à une rafle, sont déportés à Auschwitz et qui, avec l'aide d'autres membres de la famille, abritent les frères et sœurs de Suzanne, à mes grands-parents en Normandie qui cachent des jeunes gens afin d'échapper au Service de Travail Obligatoire (S.T.O.).

Ils ont œuvré à leurs risques et périls, certainement sans penser au pire. Je n'ai pas à déplorer de décès dans ma famille, mais sans eux, sans tous ces anonymes, ceux qui ont risqué, donné leur vie pour la France pour retrouver La Liberté il n'y aurait pas de commémoration du 8 mai 1945.