Connaissez-vous Marie-Rose ASTIÉ DE VALSAYRE ? Je viens de faire sa connaissance en parcourant la presse locale ancienne aux archives départementales des Yvelines (78).

J'aime ce type d'archives car nous pouvons y apprendre beaucoup sur la vie locale, régionale… Du simple fait divers au procès en Cour d'Assises, de la nouvelle nomination de l'instituteur dans la commune voisine, au tirage au sort des jeunes gens etc…

En feuilletant l'Echo de Rambouillet du 8 mars 1889 mon œil est attiré par ce billet :

Marie-Rose Astie de Valsayre

      Source AD des Yvelines - PER1051 1 – Année 1889

Curieuse… Dès mon retour à la maison, je souhaite mieux connaître "Mme ASTIÉ de VALSAYRE".

Selon certaines sources Marie-Rose de VALSAYRE est née en 1846, la date du 30 septembre 1846 est même évoquée, d'autres sources annoncent une naissance en 1853, l'intéressée elle-même évoque une année différente puisque, lors d'une interview, elle laisse entendre que "dans une biographie qui lui a été consacrée une coquille s'est glissée et que le "6" doit être retourné"... http://gallica.bnf.fr - Le Gaulois du 05 avril 1886 – Rubrique "Bloc-Notes Parisien" : Une femme d'épée -

Dans cette étude biographique qu'Eutrope LAMBERT lui a consacrée http://gallica.bnf.fr Marie-Rose vient d'une famille ruinée à la Révolution. Ensuite, son père émigre aux Etats-Unis et reste seule avec sa mère.

Marie-Rose de VALSAYRE étudie la musique, devient une violoniste douée et écrit des œuvres musicales. Très jeune, elle épouse le Docteur ASTIÉ, médecin attaché à la Préfecture de police et devient Marie-Rose ASTIÉ de VALSAYRE. Sous l'œil averti de son époux, elle s'exerce à la médecine. Participant à la guerre franco-prussienne de 1870 en tant qu'ambulancière, elle est blessée au plateau d'Avron. 

Marie-Rose ASTIE de VALSAYRE - Le Petit Parisien - 1893

Cette femme peu ordinaire, est surtout connue pour avoir, en 1887, demandé l'abrogation de l'ordonnance du 16 brumaire an IX (7 novembre 1800), intitulée "Ordonnance concernant le travestissement des femmes", interdisant aux femmes le port du pantalon ou "culotte".

Cette loi précise que : "Toute femme désirant s'habiller en homme doit se présenter à la Préfecture de police pour en obtenir l'autorisation avec un certificat médical". Cette interdiction a été partiellement levée par deux circulaires de 1892 et 1900 autorisant le port féminin du pantalon "si la femme tient par la main un guidon de bicyclette ou les rênes d'un cheval."

Marie-Rose ASTIÉ de VALSAYRE demande aux députés d'éliminer la loi routinière, qui interdit aux femmes de porter le costume masculin au nom de la décence, de l'hygiène, de la simplicité. Son action suscite quelques dessins dans la presse. L'Univers Illustré du 11 août 1888. https://www.retronews.fr 

L'évolution des mœurs à la fin du XIXème siècle et les changements des habitudes vestimentaires rendent difficiles la définition du travestissement de la femme. Des personnages comme George Sand, Colette, Coco Chanel ont largement diffusé la mode du port du pantalon invoquant le "côté pratique."

Savez-vous que cette ordonnance était toujours en vigueur jusqu'à son abrogation "implicite" en date du 31 janvier 2013 ? https://www.senat.fr

Le principe d'égalité entre les hommes et les femmes est inscrit dans la Constitution et les engagements européens de la France, notamment le Préambule de la Constitution de 1946, et l'article premier de la Constitution et la Convention européenne des Droits de l'Homme.

Engagée dès 1880, Marie-Rose ASTIÉ de VALSAYRE multiplie les initiatives féministes, en 1889, elle crée la "Ligue de l'Affranchissement des femmes" appelée aussi "Ligue des Femmes" au nom de laquelle elle demande l'inscription des femmes sur les listes électorales, se portant elle-même candidate lors des élections législatives de 1893 à Paris. Elle crée et dirige, de 1897 à 1901, "La Femme de l'avenir". Journal indépendant, littéraire et scientifique et de défense des intérêts féminins" où elle signe du pseudonyme Avricourt.

Cette femme décrite comme "petite et maigre, d'une maigreur proche de l'étisie" (maladie qui provoque l'amaigrissement) est une escrimeuse aguerrie. Elle s'est, une nouvelle fois, fait remarquer lors d'un duel à Waterloo en 1886 dont elle sortit victorieuse. Son adversaire, une américaine, Miss SHELLEY prétendait que les doctoresses américaines étaient supérieures aux françaises, Marie-Rose l'ayant contredit, se trouva traitée d'idiote. Marie-Rose la provoqua en duel.  http://gallica.bnf.fr. Le Gaulois du 05 avril 1886 – Rubrique "Bloc-Notes Parisien" : Une femme d'épée. 

Voici une femme bien atypique, qui a marqué les esprits de l'époque. Ses actions ont fait couler beaucoup d'encre dans le monde des journalistes.  De nombreux articles lui ont été consacrés tant sur ses prises de position que son acharnement auprès de Louis PASTEUR dans le but participer aux essais du  vaccin antirabique. Marie-Rose ASTIÉ de VALSAYRE ayant été victime d'une morsure par un chien enragé. Blessure qu'elle n'a pas hésité à cautériser au fer rouge !... Ces articles ne sont pas tous élogieux, souvent sarcastiques, parfois drôles mais ils mettent tous en avant cette "singulière personne".

 

Pour mieux la découvrir :

Le Figaro du 01 janvier 1893 : http://gallica.bnf.fr 

Le Figaro du 02 avril 1930 : http://www.retronews.fr Rubrique "Chroniques documentaires : La question du travesti".

Le Monde illustré du 11 janvier 1936 : http://gallica.bnf.fr

La Vie des Idées du 1er mars 2013 : Christine BARD "Le droit au pantalon – Du pittoresque au symbolique." http://www.laviedesidees.fr