Avez-vous déjà reçu en cadeau la boîte magique ? Celle qui contient des photographies de famille ? Oui ? Avez-vous pu identifier toutes les personnes représentées sur ces feuilles de papier glacé ? Pas si sûr…

 

La boîte magique

Après le décès de ma grand-mère paternelle, il y a déjà quinze ans, mes parents m'ont remis une petite valise en carton, dedans des photographies… Quelle émotion, j'y ai trouvé la photo de mariage de mes grands-parents ! Qui sont toutes ces personnes ? J'en reconnais bien entendu, les sœurs de ma grand-mère : mes grands-tantes Suzanne et Lucienne… Mais les autres ? Un peu de déduction et de recoupage avec d'autres portraits en ma possession. Maman m'aide un peu, mais ce n'est pas sa famille, elle peut mettre quelques noms sur des visages, les mêmes que moi… et mon père, qui ne se souvient plus de tout, ne m'est pas d'un grand secours ! Il me reste ma tante, celle qui réside en Bretagne. Je la contacte… Elle veut bien m'aider ! Après l'envoi des clichés, j'attends, j'attends… Je la relance… Oui oui… Je vais le faire ! Mais ce n'est pas sa priorité… J'ai compris, au fil du temps, qu'il faut, pour obtenir ces informations, être auprès de la personne pour avoir des réponses.

Après cette découverte qui m'a laissé sur ma faim, je me suis dit "Maintenant je vais poser des Questions". Interroger mes parents, mes oncles et mes tantes. Scanner les photographies, mettre des noms sur ces visages figés par le cliché et qui vous regardent sans pouvoir vous parler !...

Mais c'est toujours plus facile à dire qu'à faire. Faut-il encore être disponible, pouvoir se déplacer… Et avoir en face de nous des personnes sensibilisées par la demande ! Ma  tante maternelle, Suzanne, m'a beaucoup aidé. À travers ses albums photographiques, j'ai découvert sa famille proche, ses oncles, ses tantes, ses cousins et ses cousines. D'autres renseignements tels les lieux où ils ont habité, leurs métiers pour certains, les malheurs des uns et des autres, notamment pendant la Seconde Guerre Mondiale, quand sa cousine Françoise a perdu ses deux parents. Orpheline, sa tante Victoria est devenue sa tutrice et l'a élevée. Celle-ci vit avec son époux en Belgique. Ces informations, ô combien précieuses, sont autant de pistes de recherches pour essayer de retracer son histoire.  Il y a aussi ses souvenirs d'enfance, les anecdotes avec son père qui aimait blaguer. Elle me rapporte que lors d'un voyage en train, installés dans un wagon, avec son père et ses deux frères, ils se sont cachés pendant  que les autres voyageurs s'installaient. Une fois tous bien assis, mes oncles, ma tante ainsi que mon grand-père, se sont levés en hurlant pour leur faire peur ! Je la revois les yeux pétillants de malice me racontant leur exploit !

Si nous n'interrogeons pas nos aînés, ces petits détails de leurs vies, ceux qui font la richesse de nos recherches, nous ne pourrons pas les inventer. Faire de la généalogie, c'est, bien entendu retrouver nos ancêtres, rechercher des actes notariés, connaître leur environnement social. Mais c'est aussi interroger nos proches, ces anciens qui gardent en eux des souvenirs d'une époque, pas si lointaine, que nous ne connaissons pas. À travers ces anecdotes glanées, ces noms mis sur des photographies anciennes et légèrement passées, vous pouvez raconter une histoire, celle de votre famille proche, de vos grands-parents, de vos oncles et tantes, cousins, cousines en compilant toutes vos trouvailles, généalogiques, photographiques, anecdotiques…

Cette petite histoire, que vous avez peut-être vécue, pour vous dire, n'attendez pas, interrogez, posez des Questions. Nous pensons, nous croyons, avoir le temps, mais celui-ci passe si vite et… nos "parents", au sens le plus large du terme, ne sont malheureusement, pas éternels…