Le procès :

"La malle sanglante du "Puits d'Enfer" dernier acte aujourd'hui aux Assises  de la Seine" titre le journal "L'Humanité" le jeudi 7 décembre 1950.

Cour d'Assises de Paris

 

Trois jours d'audience sont prévus. Ce procès attire un public nombreux. Il faut dire que cette affaire est considérée comme la plus rocambolesque et la plus importante d'après-guerre. La personnalité des accusés attire la foule : notamment Andrée FARRE qui est décrite comme éthéromane, mythomane, menteuse, et son complice qui paraît être sa victime tant il semble effacé, et être plutôt manipulé que manipulant,.

Au premier rang, d'un côté, les parents de la victime, tout de noir vêtus, de l'autre, les parents de Robert PLANET.

Les accusés pénètrent dans la salle, Andrée par son attitude et sa tenue vestimentaire renvoie une image de femme hautaine et méprisante, Robert PLANET semble affecté et pitoyable à côté de cette femme qui se tient droite.

 

Andrée FARRE et Robert PLANET - Le Patriote 8 déc 1950

Journal "Le Patriote" vendredi 8 décembre 1950

Le jury est composé de cinq hommes et deux femmes. Tous prêtent serment et l'acte d'accusation est lu. À la lecture le Président de la Cour d'assises prévient les accusés qu'ils encourent la peine capitale !

La malle - L'Humanité - 7 décembre 1950

Les débats commencent, les pièces à conviction sont amenées dans la salle du tribunal. Andrée FARRE nie, ne reconnaît pas la malle. Son attitude n'attire pas les faveurs du public et l'avocat de Robert PLANET le sait, il  pense que cela peut profiter à son client.

La malle - L'Humanité - 7 décembre 1950

 

D'un côté Andrée FARRE, arrange les événements à son avantage, de l'autre Robert PLANET raconte les faits de manière sincère.

L'attitude d'Andrée FARRE, son ton sarcastique tout le long des débats, ses mensonges et les diverses incohérences ne plaident pas en sa faveur. Pour Robert PLANET son implication ne fait pas de doute, mais il semble être plutôt "l'outil" d'exécution du plan. Son aide à mettre Robert THELIER dans la malle semble ne faire aucun doute.

Le deuxième jour des débats s'ouvre. Monsieur Châtelain, le chauffeur, affirme qu'il ne connaissait pas le contenu de la malle. La concierge dit avoir vu Robert PLANET monter plusieurs fois chez Monsieur THELIER, ce qu'il réfute complétement. Les débats continuent.

La parole est donnée ensuite à l'avocat général, après c'est à la défense de s'exprimer. Les deux avocats se battent du mieux qu'ils peuvent pour leurs clients respectifs.

Les jurés se retirent. C'est à eux que revient, en leur âme et conscience, le sort d'Andrée FARRE et Robert PLANET.

Deux jours de débats au lieu de trois, trente-cinq minutes de délibérés.

Le verdict tombe le 8 décembre 1950.

 

Archives de Paris - 2395W1 - Répertoire alphabétiques 1948-1962Archives de Paris – 2396 W  1

Robert PLANET est reconnu coupable et obtient les circonstances atténuantes. Il est condamné à 20 ans de travaux forcés.

Andrée FARRE est condamnée à mort.

Andrée FARRE a été grâciée par le Président Vincent AURIOL le 16 février 1951. Sa condamnation a été commuée en une peine de travaux forcés à vie.

Au travers des documents trouvés, elle en purgea une partie dans la prison de femme de Rennes, Ille et Vilaine. Des différentes sources qui m'ont aidé dans la rédaction de ce fait divers, l'auteur du livre : "La malle sanglante du Puits d'Enfer"-  Xavier ARMANGE, évoque une détention purgée dans la prison d'Hagueneau dans le Bas -Rhin aussi prison de femmes.

Andrée FARRE bénéficie de plusieurs remises de peine. Elle sort de prison. Je n'ai pas trouvé la date exacte mais elle se remarie en 1967. Elle décède en 1998 dans les Bouches-du-Rhône.

Quand à Robert PLANET, il a aussi bénéficié de plusieurs remises de peine. Mais je n'ai pas pu avoir accès à son dossier par manque de temps pour écrire cet article au cours de ce mois d'août.

Pendant le procès, dans le public, un homme est présent et ce procès l'intéresse fortement. Il s'agit d'Henri-Georges  CLOUZOT, il est accompagné de son épouse. Ce fait divers l'inspire, et il est à la recherche d'un scénario de film. Cette tragique histoire donnera naissance en 1954 au chef-d'œuvre du cinéaste "Les Diaboliques" film largement inspiré du drame du Puits d'Enfer.

Panneau municipal

 

Sources :

"La malle sanglante du Puits d'Enfer"  de Xavier ARMANGE – Editions d'ORBESTIER

Journal "La Vendée libre" – Archives départementales de Vendée – 4 Num 419/6 - 1949 et 4 Num 419/7 – 1950

Journal "L'Humanité" – 7 décembre 1950

Journal "Le Patriote" – 8 décembre 1950

Archives de Paris – 30 W 9 - 1950 – Minutes des arrêts.

Archives de Paris – 2396 W  1 – Répertoire chronologique des arrêts (1934-1981)