Il y a soixante-quatorze ans, le 6 juin 1944, débute la plus gigantesque opération aéronavale de l'histoire, baptisée Overlord, elle est attendue depuis de longs mois… Commence alors le débarquement des forces alliées sur les plages de Normandie et cette course-poursuite à travers l'Europe qui mènera à la capitulation de l'Allemagne nazie.

Dès juin 1944, le Commandant Guy de la VASSELAIS, ancien Chef de la Mission militaire française de la liaison tactique près du XXème Corps de la IIIème Armée U.S., conçoit de réaliser un souvenir de la Libération de la France ainsi qu'un hommage aux forces de la Libération et notamment la IIIème armée du Général PATTON et à ses côtés la 2ème D.B. du Général LECLERC. De retour d'un voyage aux États-Unis, en collaboration avec Gabriel HOCQUART, maire de Metz, ils choisissent de commémorer la progression des armées alliées en créant une "Voie de la Liberté". Pour ce faire, ils privilégient l'un des itinéraires les plus glorieux celui de la IIIème Armée américaine du Général PATTON : de Utah Beach, Sainte-Marie-du-Mont, dans la Manche, à sa percée dans le Cotentin et son avancée historique en cinquante-quatre jours vers Metz, en Moselle. 

Déclaration du Cdt G.de la VASSELAIS - Voie de la Liberté - Guide historique et touristique

En mars 1946, une association Belgo-américaine propose à la France de prolonger la voie jusqu'à Bastogne, en Belgique, ce qui est accepté. La même année, le Comité National de la "Voie de la Liberté" est créé. Cette voie s'étend sur mille cent quarante-cinq kilomètres et c'est donc mille cent quarante-cinq bornes entre Sainte-Mère-Église et Bastogne. La voie est divisée en quatre secteurs :

  • Secteur n°1 : de Sainte-Mère-Église à Cherbourg,
  • Secteur n°2 : de Sainte-Mère-Église à Avranches,
  • Secteur n°3 : d'Avranches à Metz,
  • Secteur n°4 : de Metz à Bastogne.

La Départementale 910, qui relie Rambouillet, dans les Yvelines, à Chartres, dans l'Eure-et-Loir, portion de route déclassée par décret du 5 décembre 2005, est découpée en plusieurs tronçons. Celui qui nous intéresse aujourd'hui se situe entre Chartres et Ablis, partie de l'ancienne Nationale 10. 

Carte Michelin n°105 - Voie de la Liberté - Réédition 1994

Cet axe routier, ainsi que l'ensemble de la Voie de la Liberté, est jalonné de bornes imaginées par le sculpteur François COGNÉ. À l'origine elles sont en ciment rose, hautes de 1,20 mètre et pesant environ quatre-cent–trente-cinq kilos. La symbolique est représentée par une flamme, symbole de la liberté, sortant des flots, représentant l'arrivée des troupes libératrices par la mer. La flamme ressemble à la torche de la statue de la Liberté de New-York aux États-Unis. La couronne porte quarante-huit étoiles évoquant les états américains en 1944. Les quatre rectangles rouges représentent les quatre secteurs de la Voie de la Liberté.

Cette route empruntée en 1944 par le Général PATTON traverse :

Chartres : 26 422 habitants, située à 569 km de Sainte-Mère-Église et 576 km de Bastogne.

Dommages de guerre : 1 497 habitants sont sinistrés, 3 315 immeubles détruits ou endommagés. Des monuments ont été touchés plus ou moins gravement. Sans motif militaire, avant de quitter la ville, les Allemands sont à l'origine de deux destructions importantes : la bibliothèque aves ses 159 incunables1 et ses 1 576 manuscrits anciens ainsi que la porte Guillaume (XIème – XVème siècle). 

Extrait : Voie de la Liberté - Guide historique et touristique

Saint-Chéron-des Champs : 111 habitants, située à 585 km de Sainte-Mère-Eglise et 560 km de Bastogne.

Renseignements militaires : la localité est libérée le 15 août 1944 sans combat et après n'avoir subi que des dégâts peu importants.

Gué-de-Longroi : 376 habitants, située à 587 km de Sainte-Mère-Église et 557 km de Bastogne.

Dommages de guerre : 30 habitants sinistrés, 31 immeubles détruits ou endommagés.

Renseignements militaires : La localité est libérée le 18 août 1944. Les Allemands ont déjà fait sauter deux ponts enjambant une petite rivière la Voise le 15 août.

Saint-Symphorien : 285 habitants, située à 590 km de Sainte-Mère-Église et 554 km de Bastogne.

Dommages de guerre : 20 habitants sinistrés. 

 Extrait : Voie de la Liberté - Guide historique et touristique

Ablis : 1 099 habitants, située à 596 km de Sainte-Mère-Église et 549 km de Bastogne.

Dommages de guerre : 16 habitants sinistrés et 2 immeubles détruits.

Renseignements militaires : La localité est libérée le 18 août 1944 après que 800 parachutistes allemands aient fait, dans la nuit, une ultime tentative pour tenir Ablis afin de ralentir l'avance américaine.

La Voie de la Liberté se poursuit ensuite par la Nationale 191 en direction d'Étampes.

La commune de Saint-Symphorien en Eure-et-Loir se situe presque à mi-chemin entre Sainte-Mère-Église et Bastogne. C'est grâce à Guy de la VASSELAIS, élu maire de Saint-Symphorien en 1945, et promoteur de cette Voie que, le 25 août 1946, Saint-Symphorien reçoit la première borne provisoire de la Voie de la Liberté.

© - Borne Route D910 - Photo MLC Généalogie

La borne de la Liberté numéro 0 est inaugurée le 16 septembre 1947 à Sainte-Mère-Église. Cette borne numéro 0 est très disputée… Cette décision a donné lieu à une démarche contestataire de la municipalité de Sainte-Marie-du-Mont, où se trouve Utah-Beach, elle installe sa propre borne, numérotée 00, en bordure de la plage où la IIIème Armée américaine du Général PATTON débarque courant juillet 1944. À Bastogne, le 5 juillet 1947 a lieu la pose officielle de la borne clôturant le parcours. L'inauguration de la totalité de l'itinéraire se déroule le 18 septembre 1947 à Fontainebleau, Seine et Marne.

 

1Incunable : Se dit d'un livre imprimé en Occident avant 1500

Source : La Voie de la Liberté : Guide touristique et historique – Réédition 1994 – 50ème anniversaire du Débarquement.