Architecture

La Chapelle érigée par Pierre François Léonard FONTAINE fait de nombreux emprunts à l’antiquité romaine, au Moyen-âge et à la Renaissance, ce qui livre une œuvre singulière de style néoclassique. 

L'entrée s'effectue par la rue Pasquier et l'on découvre un imposant édifice composé d’un pavillon central et de deux ailes latérales sur lesquelles se dessinent des avant-corps décorés. D'un point de vue architectural, tout est mis en œuvre pour que la Chapelle expiatoire réponde aux souhaits de Louis XVIII en faisant de ce lieu de culte un lieu de mémoire.

Image Gallica

La sobriété du bâtiment met en valeur les différents éléments symboliques de la mort, tels que le sablier ailé, les feuilles d’acanthe, les fleurs de pavot, rubans, guirlandes, couronnes et les torches qui décorent les avant-corps du pavillon d'entrée.

Au-dessus de la porte d’entrée se trouve un large cartouche où la dédicace de Louis XVIII rappelle sa volonté d’honorer le lieu d’inhumation de Louis XVI et Marie-Antoinette :

 

© - Avant corps - MLCGénéalogie

 "Le roi Louis XVIII a élevé ce monument pour consacrer le lieu

où les dépouilles mortelles du roi Louis XVI et la reine Marie Antoinette

transférées le XXI janvier MDCCCXV dans la sépulture royale de St Denis

ont reposé pendant XXI ans.

Il a été achevé pendant la deuxième année du règne du roi Charles X"

 

Après avoir gravi les marches du perron, traversé le vestibule où guirlandes et couronnes accompagnées des monogrammes de Louis XVI et Marie-Antoinette décorent les murs, un nouvel escalier mène dans la cour où règne un sentiment de calme. Cette dernière se situe au-dessus du niveau de la rue. De part et d'autre de l’allée centrale, une haie de rosiers blancs mène à la Chapelle expiatoire. De chaque côté de la cour, dix-huit pierres tombales symbolisent la mémoire des Gardes Suisses tués le 10 août 1792.Les tombes reprennent des symboles mortuaires tels que la branche de chêne, de cyprès, le sablier ailé, couronnes et guirlandes…

Le jardin traversé et quelques nouvelles marches empruntées, vous entrez dans la Chapelle. L’architecture intérieure est mise en valeur par la lumière qui pénètre par lacoupole centrale ainsi que par les oculi des demi-coupoles. Celles-ci sont recouvertes par des caissons carrés pour la coupole centrale et octogonaux pour les trois demies. De nouveaux ornements, placés sur les pendentifs[1], illustrent quatre thèmes religieux : la Passion du Christ, l’Eucharistie, La Trinité et les Tables de la Loi. Un autre décor situé sur le tympan au-dessus de l’entrée représente la translation[2] de la sépulture du couple royal à Saint-Denis.

© Translation des sépultures - Photo MLCGénéalogie -

Deux statues de marbre blanc représentent Louis XVI et Marie- Antoinette. Le sculpteur, Jacques BOSIO, montre le roi soutenu par un ange, dont le testament est gravé en lettres d’or sur la plaque de marbre noir du piédestal.

© Statue de Louis XVI - MLCGénéalogie

Jean-Pierre CORTOT s’est chargé de représenter la reine agenouillée devant la Religion. Sur le piédestal est gravée sa dernière lettre écrite à Madame Élisabeth.

© Statue Marie-Antoinette - MLCGénéalogie

Des escaliers descendent à la crypte qui se trouve au même niveau que la rue. Là un autel de marbre noir en forme de tombeau antique marque l’emplacement exact d'où le corps du roi a été exhumé. 

 

©Photo MLCGénéalogie - Autel

 

La sortie de la Chapelle se fait par les galeries latérales en contrebas de la cour intérieure. François-René de Chateaubriand disait que la Chapelle expiatoire était "peut-être le monument le plus remarquable de Paris ".

 



[1] Pendentif : triangle entre les grands arcs qui supportent une coupole permettant de passer du plan carré au plan circulaire.

[2] Translation : transport d'un objet de valeur sacrée (cendres, reliques) d'un lieu vers un autre.