Lorsque je travaille sur un couple, je recherche leurs naissances et leurs décès ainsi que leur mariage. Dans les années qui suivent le mariage dudit couple je relève tous les baptêmes et naissances en fonction des époques. Il n'est pas rare de trouver des familles dont le nombre d'enfants dépasse les dix. Toutes ces descendances ne connaissent pas la même destinée.

tetee

Deux familles, deux communes : LOUVET à Guerny, dans l'Eure, et HENGRAVE à Fontaine-Lavaganne, dans l'Oise, éloignées d'environ soixante kilomètres, les recherches effectuées s'étendant de  1735 à 1750, donne le même nombre d'enfants pour chaque foyer :  treize enfants, Chacune des jeunes épousées a eu de nombreuses grossesses menées à leurs termes. Mais la naissance de ces enfants n'a certainement pas été vécue de manière similaire.

Pierre GOURGUECHON et Françoise GOURGUECHON se marient le 11 octobre 1735 à Fontaine-Lavaganne. Ils sont âgés respectivement de vingt-sept et vingt-trois ans. Juste neuf mois après leur union naît leur premier enfant, Marie Madeleine, le 5 juillet 1736. Viennent ensuite Pierre, en 1737, Claude, en 1738, Marie-Françoise, en 1740, Hubert, en 1742, Antoine, en 1743, François, en 1744, Bernard, en 1747, Jean-Baptiste, en 1748, Geneviève, en 1750, - ne vit que 10 jours -, Marie-Anne Josèphe, en 1751, Marie Marguerite, en 1753 - décède à l'âge d'un jour -,et Louis, en 1754.

Sur l'ensemble de la fratrie, deux enfants décèdent en bas âge, six se marient et établissent une descendance et cinq pour lesquels je n'ai pas trouvé ni mariage ni décès.

À Guerny, quelques années après le mariage de Pierre et Françoise, c'est Pierre LOUVET et Marie-Barbe DUMOUCHEL qui s'unissent le 28 novembre 1750. Pierre est âgé de vingt ans et Marie-Barbe dix-sept ans. Là il y a eu "urgence" pour les unir car Victoire, leur premier enfant, naît le 25 décembre 1750. L'enfant ne vit qu'une journée.  Puis :

  • Louis voit le jour en 1752, il décède en 1753 à l'âge de 11 mois,
  • Pierre naît en 1753, et décède neuf mois plus tard,
  • Marie Jeanne, en 1755,
  • Jean-Louis en 1758 ne vit qu'une année,
  • François-Louis en 1759,
  • Marie Magdeleine, naît en 1762et  meurt à  l'âge de deux ans,
  • Joseph et Marie-Julie, enfants jumeaux, naissent en 1763 et décèdent le lendemain de leur naissance,
  • Marie-Marguerite Adelaïde, en 1769,
  • Jean-Baptiste, en 1770,
  • Marie-Thérèse, en 1771
  • Et, enfin, une dernière naissance : celle d'un enfant ondoyé en 1773.

Douze grossesses, treize naissances, dont des jumeaux, seulement cinq enfants qui survivent, deux pour lesquels j'ai trouvé les mariages, trois dont je ne sais rien d'autre.

Pourquoi tant de décès chez Pierre et Marie-Barbe ? Un problème génétique ? La consanguinité ?... Nous ne pouvons le savoir. Dans ces temps passés, nous ne parlions ni de pilule, ni de contraception, encore moins de régulation des naissances. Et même si certaines potions étaient utilisées… Non, bien au contraire, avoir des enfants était l'aboutissement du mariage. Mais pour ces jeunes-filles devenues femmes et ensuite mères, la vie n'était pas un "long fleuve tranquille"…